Suivez votre progression
Accueil Trailhead
Accueil Trailhead

Bases du récit

Objectifs de formation

Une fois cette unité terminée, vous pourrez :

  • Expliquer pourquoi la structure de récit est importante.
  • Identifier les quatre composants de l’arc narratif de base.
  • Décrire les trois types de récit.

Échange de récits

En 2009, un individu nommé Todd Bol a construit une « petite bibliothèque gratuite » hors de son domicile. Il l’a construite en hommage à sa mère qui était professeure des écoles. L’idée était que les personnes pouvaient entrer pour emprunter gratuitement un livre ou donner un livre.

Peut-être avez-vous déjà vu l’une de ces petites bibliothèques gratuites.

Petite bibliothèque gratuite

Le partage de récits avec votre équipe peut s’apparenter à la petite bibliothèque gratuite, dans laquelle on peut donner et prendre, et où tout le monde partage. En tant que responsable, vous souhaitez cultiver un environnement avec une culture qui favorise le partage et l’écoute.

En quoi est-ce important ? En apprenant à connaître les membres de votre équipe et en découvrant leur « histoire » (par exemple, leur identité, leur motivation, leurs centres d’intérêt), vous apprenez à mieux motiver, engager et communiquer avec chaque individu.

À l’écoute de votre équipe

Apprenez à écouter votre équipe afin de déterminer quels récits vous pouvez partager. Écoutez le récit de leur vie et de leurs centres d’intérêt. Découvrez les passions, les motivations et les objectifs de carrière de vos collaborateurs. Définissez des opportunités de travail. Réfléchissez à la façon d’exploiter leurs passions pour les motiver dans le cadre de leur travail.

Voici comment procéder. Aadi, une analyste très compétente, travaille au service financier à Chicago. Elle aime partager le récit de ses voyages. Elle a pour objectif de « visiter chaque continent avant d’avoir 30 ans. » Une mission « idéale », basée à Sydney, se présente. Vous contactez Kylie, la responsable du service financier en Australie, pour lui parler d’Aadi. Durant les six semaines qu’elle passe à l’autre bout du monde, Aadi donne le meilleur d’elle-même, car elle s’est engagée aussi bien sur un plan personnel que professionnel.

Écoutez pour apprendre ce qui inspire les individus qui forment votre équipe. Adaptez ensuite leurs centres d’intérêt aux opportunités de carrière qui se présentent.

Partage avec votre équipe

« Parlez de telle façon que les autres souhaitent vous écouter. Écoutez de telle façon que les autres souhaitent vous parler. » – Inconnu

« Parlez de telle façon que les autres souhaitent vous écouter. Écoutez de telle façon que les autres souhaitent vous parler. » – Inconnu

Si vous souhaitez que les membres de votre équipe expriment ouvertement leurs idées, montrez l’exemple. Partagez votre histoire :

  • Dites aux autres ce qui vous motive.
  • Révélez vos centres d’intérêt.
  • Discutez des décisions importantes que vous avez prises dans votre vie et/ou votre carrière.
  • Évoquez vos réussites, vos échecs et les leçons que vous avez apprises.
  • Partagez les expériences dont vous êtes fier et éventuellement celles que vous regrettez.
  • Expliquez les raisons qui motivent vos décisions professionnelles.

Structure d’un récit

Avant de partager un récit, il est recommandé de le structurer. La structure du récit est l’organisation des éléments qui le composent. Cette structure doit guider l’auditoire du début à la fin du récit. Son but est de rendre le récit intéressant et engageant.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour découvrir l’importance de la structure du récit selon Jen Brown. Jen est responsable de l’Évangélisation des clients chez Salesforce. Elle enseigne le récit dans nos formations commerciales.

« La structure est comparable à des panneaux indicateurs pour le lecteur. Vous les emportez dans votre récit en les aidant à mémoriser les points importants. » – Jen Brown, Directrice, Évangélisation des clients, Salesforce

Arc narratif

Vous pouvez utiliser un élément appelé arc narratif pour structurer vos récits. Un « arc narratif » représente la séquence des événements qui surviennent dans une histoire. L’arc permet à l’auditoire ou au lecteur de voyager à travers le récit comme dans une aventure !

L’arc narratif de base comprend quatre parties :

  • L’exposition
  • La tension
  • Le nœud
  • La résolution

Arc narratif avec l’exposition, la tension, le nœud et la résolution sur une vague.

Examinons de plus près chacun de ces éléments et comment utiliser l’arc narratif pour améliorer l’intrigue de vos récits.

Dans le tableau ci-dessous, nous expliquons chaque partie de l’arc avec un exemple d’utilisation. Le scénario est celui d’un responsable qui partage un récit avec un collaborateur.

Astuce : La colonne Exemple raconte une histoire !

Définition
Fonction
Exemple
Situation initiale

La situation initiale présente le lieu et/ou le moment de l’histoire.
Elle aide votre auditoire à imaginer la scène comme si elle s’y trouvait.
La salle de réunion était bondée et étouffante. Il se dégageait une odeur mêlée de peinture, de linge propre et de restes d’un repas. Aucune fenêtre ni décoration murale, juste un écran surdimensionné pour les présentations, une estrade et une pièce remplie de personnes.
Situation perturbatrice

La situation perturbatrice représente le problème, le défi ou le conflit du personnage.
Elle crée une intrigue, ajoute un peu de suspense pour tenir l’auditoire en haleine et l’aider à s’identifier au personnage principal de votre récit.
J’ignorais où se trouvait ma responsable. Elle devait être présente. Je connaissais la présentation, mais je n’avais jamais pris la parole devant un auditoire. Je décidai d’attendre. L’attente durait. Je décidai d’appeler. J’étais inquiet... que faire si elle n’arrivait pas ?

L’heure approchait. J’appelai et appelai encore. Aucune réponse. La présentation devait débuter dans deux minutes. Mon cœur battait. L’organisateur de l’événement s’approcha pour me demander :

« Que voulez-vous faire ? »
Nœud

Le nœud est le moment décisif. Le personnage principal n’a plus le choix, il doit agir.
Il implique autant que possible votre auditoire pour lui donner envie de réagir en lançant « fait ceci » ou « ne fais pas ça ! ».
Je lui ai répondu « Je vais faire cette présentation ! ».

J’ai avalé un grand verre d’eau et je me suis dirigé vers l’estrade. Je sentais le stress m’envahir. Les lumières étaient si vives sur la scène je ne pouvais pas voir l’auditoire.
Résolution

La résolution décrit le dénouement, ce qui se passe une fois l’action entreprise.
Elle inspire votre auditoire.
J’ai fait de mon mieux. J’ai essayé de me rappeler les principaux points, mais c’était atroce, j’ai lu les notes de l’intervenant pendant la majeure partie de la présentation. Ma voix tremblait. Mais j’ai tenu le coup. Je n’ai rien lâché.

J’ai beaucoup plus appris pendant cette intervention de 30 minutes que pendant des mois à observer ma responsable présenter le même projet.

Trois types de récit

Voici trois types de récit que vous pouvez partager avec votre équipe :

1 Vie réelle Récits de votre vie et de vos expériences.
2 Stimulant Récits qui accompagnent, motivent et inspirent.
3 Informel Récits qui communiquent des informations sur l’entreprise ou l’activité professionnelle.

Remarque : ils ne sont pas mutuellement exclusifs. Un récit de la vie réelle peut inspirer et refléter la vie au sein de l’entreprise.

Récits de la vie réelle

Dans la culture hawaïenne, les récits de la vie réelle sont appelés « talk story » (récits racontés). Un talk story est semblable à une « causerie ». Les personnes partagent des informations ou des récits sur leur week-end ou sur ce qui les intéresse. Nous les appelons ici « récits de la vie réelle ».

Un récit de la vie réelle peut se résumer à des informations sur votre vie de tous les jours. Cela consiste à s’ouvrir aux autres et à découvrir les personnes avec lesquelles vous travaillez. L’objectif est de créer des liens qui établissent une relation au sein de votre équipe. Lorsque vous êtes suffisamment vulnérable pour révéler des informations personnelles, vous montrez aux membres de l’équipe qu’ils peuvent s’ouvrir et partager leurs propres expériences avec leurs collègues.

Les récits de la vie réelle sont informels. Par conséquent, vous pouvez vous contenter de partager des récits adaptés qui font écho au message que vous essayez de transmettre.

Nous vous proposons ci-dessous quelques conseils pour briser la glace au sein de votre équipe :

Faire
Ne pas faire
Commencer vos réunions en tête-à-tête par des banalités.

Par exemple : Parlez du film que vous avez vu la veille et demandez à votre employé s’il a passé une bonne soirée.
Aller droit au but.

Par exemple : « Bonjour. Dites, pourquoi sommes-nous si en retard sur ce projet ? »
Partager des récits sur votre carrière.

Par exemple : Évoquez les événements marquants, les décisions, les défis, les échecs et les leçons apprises au cours de votre carrière.
Ne rien révéler de votre parcours.

Par exemple : Ne jamais évoquer vos aspirations, vos erreurs et/ou ce que vous avez appris des autres.
Se montrer vulnérable.

Par exemple : Si vous avez fait une erreur, si vous n’avez pas la réponse à une question ou si vous ne savez pas comment procéder, soyez honnête.

Si vous traversez un moment important dans votre vie, parlez-en avec votre équipe. Par exemple, si votre chien est malade, il est normal de s’en inquiéter. Communiquez ouvertement avec les membres de votre équipe pour qu’ils puissent comprendre qui vous êtes.
Prétendre être parfait.

Par exemple : Pour établir une relation, il est préférable de s’ouvrir et de révéler ses faiblesses plutôt que de prétendre avoir toutes les réponses et/ou ne jamais se tromper.
Dévoiler de façon appropriée.

Par exemple : Révélez votre propre stress auprès de vos collaborateurs et compatissez avec les défis auxquels ils font face au travail. Privilégiez toujours la « recherche de solutions » lorsque vous ou vos collaborateurs devez améliorer une situation problématique.
Exagérer en exprimant vos inquiétudes sur l’entreprise ou des collaborateurs.

Par exemple : « Vous vous rendez compte ! Ça recommence ! Nous n’avançons pas ! Ils ont vraiment échoué sur ce projet. Nous pourrions aussi bien arrêter ce projet immédiatement. »
Évoquer les événements positifs qui concernent l’équipe.

Par exemple : « Excellent travail au troisième trimestre ! Nous avons surpris tout le monde non seulement en atteignant nos objectifs, mais en les dépassant. Nous sommes dans une situation idéale pour le quatrième trimestre. Je sais que la fin de l’année va être très positive pour nous. »
Partager des rumeurs.

Par exemple : « Savez-vous ce qui est arrivé à Charlie la semaine dernière ? J’étais avec Charise qui a entendu de la bouche de Lydia que Charlie n’était plus du tout performant depuis un mois… »

Récits motivants

Lorsque votre style de management inspire, vous avez la possibilité d’influencer les vies. Vos collaborateurs se tournent vers vous pour demander conseil. Ils vous sollicitent lorsqu’ils sont bloqués, lorsqu’ils ont besoin d’aide sur un projet ou lorsqu’ils rencontrent des difficultés. Lorsque leur moral est bas (quelle que soit la raison), ils font appel à vous pour se requinquer.

Les récits motivants aident vos collaborateurs à élargir leurs perspectives et à garder espoir pendant les moments difficiles. Pour pouvoir les motiver, il est important de s’assurer que vos récits vont susciter l’identification, retenir l’attention et pouvoir être répétés. Retenez ces trois principes du récit motivant.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour en savoir plus et découvrir ce que Jen Brown, experte en récit et responsable de l’Évangélisation des clients chez Salesforce, dit sur l’importance d’ajouter des détails marquants à vos récits.

« Pour être efficace, un récit doit susciter l’identification, retenir l’attention et pouvoir être répété…II doit vous emporter. Ce sont les détails marquants qui attirent votre attention. » – Jen Brown, Directrice, Évangélisation des clients, Salesforce

Récits informels

Nous avons évoqué comment partager des récits sur votre propre vie, et comment créer et partager des récits motivants. Le troisième type de récit que vous pouvez partager en tant que responsable se rapporte à l’activité de l’entreprise. Nous appelons ces récits informels, car ils partagent, le croirez-vous... des informations.

Les récits informels peuvent être utilisés dans les cas suivants :

  • Lancements de projets
  • États d’avancement
  • Informations sur l’équipe
  • Présentations
  • Communications écrites
  • E-mails
  • Chatter

Les communications de l’entreprise informent sur l’activité et invitent votre équipe à agir. Elles soulignent des faits qui expliquent à votre équipe ce qui leur est demandé, indiquent l’urgence et offrent une vue d’ensemble.

Contrairement aux deux autres types de récit, vous devez transformer les faits et l’agenda de vos communications d’entreprise en récit. Nous aborderons ce point plus en détail dans les modules suivants.

Résumé

Il n’est pas indispensable d’être expert en structure de récit pour déterminer si une histoire est intéressante pour vos subordonnés. Il est néanmoins important de comprendre les éléments de base d’un récit pour pouvoir mieux captiver l’attention de votre auditoire.

Dans l’unité suivante, nous allons évoquer comment utiliser des récits pour inspirer votre équipe et établir une relation entre vos collaborateurs.

Ressources